Mon Stage Photo… retour d’expérience

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, je vous propose un petit retour d’expérience sur le stage photo que l’on m’a offert pour mon anniversaire et qui était dispensé par « Mon Stage Photo ».

Tout d’abord, je tiens à vous préciser que je ne vous donnerais pas les conseils qui m’ont été dispensés, mais je vais essayer de vous donner envie d’y participer à votre tour.

Le stage commence dès l’inscription sur le site et la sélection de la date voulue (parmi un choix assez large pour permettre à chacun de s’organiser). Après avoir rempli un petit formulaire, vous recevez votre mail de confirmation, puis, quelques jours plus tard, un nouveau mail avec les informations relatives au stage (heure, lieu du rendez-vous, rappel du matériel à amener, nom et coordonnées de votre formateur) et un petit fichier .pdf qui vous présente l’objet du stage, sa technique et quelques petits conseils pratiques (pour ma part, le stage portait sur la photo de nuit à Bordeaux).

Vous voici donc inscrit et dans l’attente du jour J, qui arrive toujours trop lentement.

Le jour du stage arrivant, la veille vous préparez votre « paquetage », vous rechargez vos batteries, vérifiez la propreté de vos objectifs et boîtier.

Le jour J est enfin là. La journée passe trop lentement, vous regardez l’heure toutes les 5 minutes en espérant que ça fasse déjà 1 heure. Puis l’heure arrive, vous vous rendez au « point de rencontre » mentionné dans le mail que vous aviez reçu, un peu tendu et impatient de débuter.

Vous rencontrez alors les premiers stagiaires et commencer à échanger un peu avec eux, histoire de se détendre en attendant le formateur qui arrive à l’heure prévu et commence à « animer » le groupe en proposant un petit tour de table, histoire que chacun se présente et donne ses motivations, ses styles de photographie de prédilection, etc…

Puis le stage débute, vous vous rendez alors sur la première zone de shooting où votre cher animateur vous explique les quelques bases nécessaires à la réalisation du stage et quelques généralités sur les techniques photographiques et les appareils. Après ce petit préambule, les choses sérieuses commencent, vous installez votre matériel, réalisez quelques réglages sous les conseils de votre hôte. Vous commencez alors à shooter (pour ma part, le stage se déroulait fin novembre et il ne faisait pas très chaud pendant les « pauses longues ») et ressentez l’excitation de la découverte et le plaisir d’apprendre une nouvelle technique (ou de confirmer/consolider vos connaissances sur cette dernière).

Au cours des phases de shooting, votre formateur vas et viens d’un stagiaire à l’autre afin de dispenser les conseils utiles à chacun et de jeter un coup d’oeil à leurs réalisations.

Puis au bout d’un petit moment, votre « professeur » propose de se diriger vers un nouveau site pour laisser s’exprimer votre passion et en profiter pour aborder et expérimenter une nouvelle technique. Et le stage suis son cours, sur un ou plusieurs autres sites, jusqu’à l’heure fatidique du départ.

A la fin du stage, votre hôte fait un petit tour des participants afin de recueillir les avis et commentaires rapides sur leur stage. Et chacun rentre chez lui, des photos pleins la carte mémoire, des couleurs, lumières et images pleins les yeux.

Voilà, j’espère que ce petit article (malgré une prose aléatoire) vous aura donné envie de participer à un stage à votre tour, ce qui est sur c’est que moi je compte bien recommencer.

Pour finir, je vous invite à consulter les articles « Les 3 Grâces » et « Bordeaux by night » où vous pourrez voir quelques unes des photos réalisées lors de ce stage.

A bientôt…